ULS de NANCY grand coeur

Des logements adaptés et domotisés

Le Gihp Lorraine et l’OMh du Grand Nancy développent l’habitat inclusif au centre-ville. Quatorze logements sociaux pour personnes handicapées motrices dépendantes sont en construction sur le site de l’ancienne prison.

C’est une première à Nancy et dans le grand Est. Sous l’impulsion du Groupement d’insertion pour les personnes handicapées physiques (Gihp) Lorraine, l’Office métropolitain de l’habitat (OMh) du Grand Nancy, proposera en 2020 quatorze logements sociaux en location, accessibles et dotés d’un équipement domotique, reliés à un service commun d’aide à domicile.

Ces quatorze logements de type T2 seront répartis dans deux immeubles actuellement en construction dans le quartier Grand Cœur, sur le site de l’ancienne prison, à l’angle de la rue Charles-III et du boulevard de l’Insurrection du Ghetto de Varsovie. L’un des bâtiments, comprendra en tout 25 logements sociaux et 31 logements en usufruit locatif social, et l’autre, 26 logements sociaux.

Un chez-soi dans un environnement adapté

« Le Gihp développe depuis une trentaine d’années des Unités de logements et services (ULS), un dispositif permettant à des personnes présentant des incapacités motrices majeures de vivre chez elles en toute sécurité et en toute autonomie », explique Louis Bonet, président du GIHP. « Il s’agit de groupes de logements adaptés et domotisés se trouvant à proximité des uns des autres, dans un tissu urbain riche, très irrigué, au cœur de la cité. A Nancy, nous voulions mettre en place ce dispositif depuis longtemps mais nous avions des difficultés à trouver le programme immobilier adéquat. L’offre de l’OMh dans le quartier Nancy Grand Cœur a été une incroyable opportunité ». Selon Louis Bonet, le dispositif ULS, déjà mis en place à Toulouse, Paris, Lyon, répond véritablement au souhait du gouvernement de favoriser l’habitat inclusif : c’est-à-dire offrir à la personne handicapée un « chez-soi » inscrit durablement dans la vie de la cité, dans un environnement adapté et sécurisé garantissant l’inclusion sociale et l’autonomie au domicile. Les 14 futurs logements adaptés et domotisés seront équipés d’un système d’appel d’urgence relié à un service d’auxiliaire de vie présent sur place, disponible 24 h/24 pour tous les actes de la vie non programmables. L’objectif étant de proposer aux locataires présentant un handicap lourd, un cadre de vie ordinaire. « Cette permanence sera financée majoritairement par une mise en commun de la Prestation de compensation du handicap (PCH), souligne le président du Gihp.