ULS de NANCY grand coeur

Des logements adaptés et domotisés

Le Gihp Lorraine et l’OMh du Grand Nancy développent l’habitat inclusif au centre-ville. Quatorze logements sociaux pour personnes handicapées motrices dépendantes sont en construction sur le site de l’ancienne prison.

C’est une première à Nancy et dans le grand Est. Sous l’impulsion du Groupement d’insertion pour les personnes handicapées physiques (Gihp) Lorraine, l’Office métropolitain de l’habitat (OMh) du Grand Nancy, proposera en 2020 quatorze logements sociaux en location, accessibles et dotés d’un équipement domotique, reliés à un service commun d’aide à domicile.

Ces quatorze logements de type T2 seront répartis dans deux immeubles actuellement en construction dans le quartier Grand Cœur, sur le site de l’ancienne prison, à l’angle de la rue Charles-III et du boulevard de l’Insurrection du Ghetto de Varsovie. L’un des bâtiments, comprendra en tout 25 logements sociaux et 31 logements en usufruit locatif social, et l’autre, 26 logements sociaux.

Un chez-soi dans un environnement adapté

« Le Gihp développe depuis une trentaine d’années des Unités de logements et services (ULS), un dispositif permettant à des personnes présentant des incapacités motrices majeures de vivre chez elles en toute sécurité et en toute autonomie », explique Louis Bonet, président du GIHP. « Il s’agit de groupes de logements adaptés et domotisés se trouvant à proximité des uns des autres, dans un tissu urbain riche, très irrigué, au cœur de la cité. A Nancy, nous voulions mettre en place ce dispositif depuis longtemps mais nous avions des difficultés à trouver le programme immobilier adéquat. L’offre de l’OMh dans le quartier Nancy Grand Cœur a été une incroyable opportunité ». Selon Louis Bonet, le dispositif ULS, déjà mis en place à Toulouse, Paris, Lyon, répond véritablement au souhait du gouvernement de favoriser l’habitat inclusif : c’est-à-dire offrir à la personne handicapée un « chez-soi » inscrit durablement dans la vie de la cité, dans un environnement adapté et sécurisé garantissant l’inclusion sociale et l’autonomie au domicile. Les 14 futurs logements adaptés et domotisés seront équipés d’un système d’appel d’urgence relié à un service d’auxiliaire de vie présent sur place, disponible 24 h/24 pour tous les actes de la vie non programmables. L’objectif étant de proposer aux locataires présentant un handicap lourd, un cadre de vie ordinaire. « Cette permanence sera financée majoritairement par une mise en commun de la Prestation de compensation du handicap (PCH), souligne le président du Gihp.

Habitat & Handicap

« Habitat & Handicap » des formules plurielles et Solidaires

Le groupe de réflexion et d’études sur l’habitat & le handicap, réuni à l’initiative de la Fédération Autonomie et Habitat, a conduit de septembre 2013 à septembre 2017, un travail collectif de réflexion et d’analyse en vue de dépasser les obstacles (notamment juridiques, législatifs, économiques et sociaux) à la concrétisation de solutions d’habitat autonome destinées aux personnes en situation de handicap ; ainsi que de poser et d’explorer les questions éthiques soulevées par ces formes d’initiatives.

Habitat & handicap - de nouvelles formules

Trois notes techniques ont ainsi été publiées :

La première en août 2014 :
Des formes intermédiaires d’habitat pour des personnes en situation de handicap

La deuxième en janvier 2016 :
De quoi l’habitat intermédiaire destiné à des personnes en situation de handicap est-il donc le nom ?

La troisième en septembre 2017 :

Technologies de l’Autonomie, autonomie des technologies ?

Bonne lecture.

Témoignage de Nicolas – ULS d’Evry

Retrouvez le témoignage de Nicolas

Je suis indépendant, très indépendant !

Nicolas ULS d'Evry -1

Témoignage de Nicolas extrait du film « Les ULS : une réponse pour l’autonomie »

Malgré le fait qu’on ai besoin d’un(e) auxiliaire de vie, je suis indépendant, mon esprit est indépendant, je suis quelqu’un de libre, quelqu’un qui vit.

L’ULS c’est mon refuge, c’est mon univers, mon lieu de vie ; oui « Refuge » j’aime bien ce terme là !

Ce qui se passerai pour moi si l’ULS venait à disparaitre ? Je serai mort tout simplement ; je suis quelqu’un d’autonome et me retrouver du jour au lendemain dans une structure où l’on ne peut pas se coucher à l’heure que l’on veut, où l’on gère ta vie,… Je ne le conçois pas du tout. Socialement je ne ferai plus rien, même plus recevoir mes amis…

Témoignage de Caroline – ULS Paris 18ème

Caroline ULS Paris 18ème -1jpg

Témoignage extrait du film « Les ULS : Une réponse pour l’autonomie »

 

L’ULS m’apporte le confort d’être chez moi, de recevoir qui je veux, de faire ma propre vie, d’avoir mon indépendance tout en m’offrant la sécurité.

Là vous voyez, je suis toute seule, et si j’ai un problème j’appelle le « bureau » et ils viennent tout de suite ; alors que si j’avais une téléalarme, il aurait fallu attendre 2 à 3 heures !